Saviez-vous que les nappes d’eau profondes du sous-sol pouvaient être une source d’énergie ? ENGIE Réseaux accompagne la ville de Paris dans son Plan Climat Energie en exploitant le Dogger, cette immense nappe d’eau chaude du Bassin parisien à plus de 1 500 mètres de profondeur, pour chauffer et rafraîchir le nouvel éco-quartier du 19ème arrondissement.

Renouvelable, locale et respectueuse de l’environnement, associant performances économique et énergétique, la géothermie est une solution qui répond aux enjeux des nouveaux développements urbains des collectivités.

A l’occasion de la COP21, une maquette de la centrale de production combinée de chaud et de froid est exposée sur le parvis de l’Hôtel de Ville, du 30 novembre au 13 décembre, dans le cadre d’une exposition grand public destinée à illustrer les actions engagées par la Ville de Paris dans la lutte contre le changement climatique.

Dans le cadre du projet de rénovation urbaine du 19e arrondissement, la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU), filiale de la Ville de Paris et d’ENGIE avec CLIMESPACE, filiale d’ENGIE, ont innové en construisant ensemble une centrale thermofrigorifique alimentée par la géothermie. L’objectif est de répondre aux besoins de chaleur et de froid du nouvel éco-quartier Paris Nord-Est en valorisant une énergie naturelle, renouvelable et disponible localement en grande quantité.

Produire simultanément le chaud et le froid dans Paris

CPCU et CLIMESPACE exploitent la ressource énergétique géothermale du Dogger, un aquifère situé en Île-de-France  entre 1500 et 2000 m de profondeur à une température comprise entre 50 et 95°C. L’eau est pompée et sa chaleur est ensuite valorisée dans une centrale thermique qui produit simultanément du chaud et du froid. Les calories sont transmises au moyen d’un échangeur de chaleur à l’eau du circuit de chauffage urbain et au réseau de froid du quartier pour chauffer ou rafraichir les bâtiments.

Répondre aux besoins en énergie tout en préservant l’environnement

La chaleur géothermique est une énergie naturelle et propre, sans rejet ni déchet. Renouvelable, elle n’épuise pas la ressource naturelle puisque l’eau chaude prélevée dans le sous-sol y est réinjectée une fois refroidie, pour se réchauffer de nouveau. Construite sur 3 niveaux en sous-sol, la centrale PNE est invisible de l’extérieur et laisse ainsi une empreinte urbaine minimale.

Chiffres-clés

  • 17 500 tonnes de CO2 évitées par an, soit les émissions de CO2 de 10 000 voitures par an.
  • 265 000 m2 de bureaux, de commerces, de locaux d’activités et de logements (12 000 au total) alimentés en chaud et en froid par la géothermie dans le quartier Paris Nord-Est.

ENGIE - géothermie

 

Les solutions COP21 d’ENGIE pour le climat


 

ENGIE Réseaux

En savoir plus sur la géothermie